Dernier billet du blog : « En avril ne te découvre pas d’un fil... » par sophie

Informations

Auteur : sophie

Date : 29/08/2018

                              La Bretagne, future terre de vins

                  Vigne du mont Garot à St-Suliac sur les bords de la Rance - Guy Saindrenan - http://bcd.bzh/becedia/fr/la-vigne-en-bretagne 

 

Le réchauffement climatique va redistribuer dans les prochaines décennies l’ordre établi et presque indéboulonnable des régions viticoles de France et plus généralement du monde.

Pour autant, le vignoble français n’est pas menacé. La sécheresse qui le guette nécessitera des ajustements et des adaptations : irrigation, nouveaux cépages plus résistants à la sécheresse ? Le débat est bel et bien lancé.

Les vignerons du nouveau monde – argentins notamment, ont déjà commencé à déplacer leurs vignes. De nouvelles plantations voient le jour en altitude où les conditions sont moins rudes et où la fonte des glaciers permet une irrigation naturelle, qui malheureusement peine à arriver sur des latitudes inférieures.

On observe en Europe, que la viticulture se déplace vers le Nord. On parle depuis plusieurs mois de vins anglais ou bien même suédois. En effet, le sud-est de l’Angleterre propose aujourd’hui des conditions climatiques similaires à la Champagne (et oui !). On y trouve des cépages qui s’expriment joliment comme le chardonnay et le pinot noir, dont l’issue, vous l’aurez compris, est un pétillant de bonne facture, dont les anglais eux-mêmes raffolent.

C’est dans cette logique, que la Bretagne se voit planter voire replanter quelques cépages autrefois exploités sur ses terres. La mairie de Sarzeau dans le Morbihan a même lancé un appel à projets en 2017 pour exploiter 10 hectares en viticulture bio. Le projet a été remporté par un couple de savoyards qui réintroduira la vigne, pourtant présente sur ce terroir jusque dans les années 60.

Le Morbihan ne fait pas exception en Bretagne. Depuis 2016, on produit un pinot gris et un chardonnay près de Quimper. En Ile et Vilaine, on retrouve du chenin et même le rondo, ce cépage rouge d’Europe de l’Est. Ces cuvées, dont les rendements sont faibles sont l’initiative d’associations de passionnés dont les quelques bouteilles sont réparties entre les adhérents.

29/08/2018

SI

 

Article complet sur le vin de Sarzeau https://www.letelegramme.fr/morbihan/vannes/presqu-ile-de-rhuys-des-savoyards-vont-relancer-la-vigne-a-sarzeau-11-06-2018-11990428.php